JOURS 11,12,13

VERNISSAGE DE LA RÉSIDENCE-EXPOSITION « BIOZPHÈRE »
DEMAIN DIMANCHE À PARTIR DE 18H.

« Let me tell you about my boat », The Life Aquatic by Wes Anderson. (Youtube)

***

À la buvette, nous vous proposons un large choix de boissons fraîches
de catégories 0 et 1 ainsi qu’un assortiment d’amuses-bouches salés.

***

« Green Flash », compilation de disques trouvés en accompagnement musical.

***

Cordialement,
l’équipe de Biozphère.

JOUR 10

Derniers jours de résidence…

Pierre Andrieux:

Johann Bernard:

Des centaines de randonneurs ont emprunté « le chemin de Stevenson », je serai heureux que 2 ou 3 cyclistes suivent le mien.

Amélie Boileux et Simon Rayssac:

Joan Coldefy:

Charlie Devier:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Irwin Marchal:

Amandine Pierné:

Fabien Saleil:

JOUR 09

Pierre Andrieux:

Johann Bernard:

« LE CHEMIN DE BERNARD »
Installation vidéo et moquette.

Une ligne droite tracée sur une carte partant de « Biozphère » et s’arrêtant devant le « radôme » au sommet du Mont Ventoux.
Un plan vidéo tous les 10km/compteur vélo orienté exactement en direction du sommet. Le moniteur est lui-même dirigé vers le Mont Chauve.

Amélie Boileux et Simon Rayssac:

Joan Coldefy:

Charlie Devier:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Irwin Marchal:

Amandine Pierné:

Fabien Saleil:

« LA PERSPECTIVE NOIRCISSURE »

Fabien et Pia sont repartis pour Paris.
Le temps d’un week-end prolongé (merci au Palais), aussi complices qu’efficaces, ils ont abattu un sacré travail et édifié une très belle pièce qui, pour l’instant mise à l’abris, attend d’être dévoilée.

Et aussi, pendant ce temps:

JOUR 08

Pierre Andrieux:

Johann Bernard:

« Le chemin de Bernard », extraits.

Amélie Boileux et Simon Rayssac:

Joan Coldefy:

Charlie Devier:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Irwin Marchal:

Amandine Pierné:

Fabien Saleil:

« La perspective noircissure »,
Bois et tirages argentiques sur plaques de verre.
120 x 80 x 200 cm env.

« Le « Point de vue » peut s’entendre à la fois comme l’affirmation d’un évènement visible et comme son empêchement. Cette mise en question du visible à travers diverses opérations de transferts ou d’inversions met en place une véritable syntaxe de la reproductivité.

De mes déplacements je garde des images. Dans les espaces que je parcours, je fabrique mon outil photographique sténopé qui me permet de produire de très grands formats en négatif et par l’outil de captation numérique j’élabore une collection de matière, et de situations. De la récolte à l’atelier j’expérimente mes processus de transfert. Une association se créer avec ma pratique de constructeur et de sculpteur.

Mon travail de volume et de dessin de formes s’attache à rechercher l’élévation du monument et des stratégies de sacralisation. J’opère donc une alchimie entre des rituels de construction urbaine et d’une superstition sauvage. »  Fabien Saleil.

JOUR 7

Pierre Andrieux:

Johann Bernard:

Amélie Boileux et Simon Rayssac:

Today with Lou-Andréa Lassalle, le Collectif La Présence d’un Matelas au complet!

Joan Coldefy:

Charlie Devier:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Irwin Marchal:

Amandine Pierné:

Fabien Saleil:

JOUR 6

La Biozphère:

Pierre Andrieux:

Johann Bernard:

« J’en suis au 520ème km du montage vidéo. Le but est proche. » 14/09/13 14:48

Amélie Boileux et Simon Rayssac:

« TRANSITION COQUILLAGE »

« En septembre commence l’arrière saison. Les vacances touchent à leur fin, l’été s’essouffle, les vacanciers sont engoncés dans les bouchons, il faut rentrer. Les plages se redécouvrent et offrent aux derniers visiteurs leur étendue de sable vierge. Alors la vie discrète se réapproprie son territoire, et frileusement retrouve son sable, ses roches, ses herbes folles…mise à mal pendant la saison estivale, piétinée, emprisonnée, chassée, étouffée, elle retrouve un second souffle et l’émerveillement peut poindre à nouveau dans l’œil du bienheureux qui a traîné ses savates jusqu’à la côte en quête d’observation microcosmique. »

Joan Coldefy:

Charlie Devier:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Irwin Marchal:

Amandine Pierné:

Fabien Saleil:

Pause fruits de mer:

JOUR 5

Pierre Andrieux:

Amélie Boileux & Simon Rayssac:

Joan Coldefy:

Charlie Devier:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Irwin Marchal:

Amandine Pierné:

 

JOUR 4

WORKS IN PROGRESS:

Pierre Andrieux:

Johann Bernard:

Amélie Boileux & Simon Rayssac:

Joan Coldefy:

Charlie Devier:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Irwin Marchal:

Amandine Pierné:

Fabien Saleil (arrivée demain!):

JOUR 3

Première journée de travail.

Pierre Andrieux:

Johann Bernard:

Amélie Boileux & Simon Rayssac:

Joan Coldefy:

Charlie Devier et son assistante Lilith:

Arnaud Ducasse:

Mathieu Le Breton:

Amandine Pierné:

Découverte de l’environnement:

La Mante religieuse (Mantis religiosa) est une espèce d’insecte de l’ordre des Mantoptères, de la famille des Mantidae.

Le nom de « mante » provient du latin des naturalistes, mantis qui l’ont emprunté au grec Μάντις « prophétesse, devineresse ». C’est sans doute son attitude hiératique qui a donné ce nom à cet insecte. La tradition chrétienne a redoublé ce nom en ajoutant l’adjectif « religieuse » en raison de ses pattes antérieures.

La mante religieuse est un insecte diurne de 5 à 8 centimètres de long.
Les deux sexes sont aptes au vol ; néanmoins, la femelle alourdie à l’approche de la ponte ne peut se déplacer que grâce à ses pattes postérieures qualifiées de déambulatoires. Ses yeux protubérants et très écartés lui donnent une excellente vision en relief (ce qui donne une vision humaine mais jusqu’à 20 m).
Parfois appelée « le tigre de l’herbe » en raison de ses mœurs voraces, la mante religieuse se nourrit d’insectes vivants qu’elle attrape et immobilise avec ses pattes avant, appelées « ravisseuses ».
En Europe, la mante religieuse devenue adulte s’accouple d’août à octobre. Le mâle, comme tout animal s’approchant d’une mante, se fait parfois dévorer pendant ou après la copulation. Au printemps, une centaine de larves émergent de l’oothèque (cocon protecteur des oeufs). Après six métamorphoses successives, l’insecte adulte porte des ailes, absentes jusque-là et la femelle est fécondable.